Partager

2 min
2 min

Des centres de vaccination réservés aux agents publics

Après l’octroi d’autorisations spéciales d’absence (ASA) pour se faire vacciner, le gouvernement Castex demande aux préfets de mettre en place des centres de vaccination réservés aux agents publics. Des annonces sont attendues sur la vaccination obligatoire ou non des soignants.

Face à la progression du variant Delta du coronavirus, l’exécutif pousse à l’accélération de la vaccination, y compris au sein de la fonction publique. Comme vient de le révéler Le Journal du dimanche, la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin, va demander aux préfets d’installer des centres de vaccination contre le Covid-19 spécifiquement destinés aux agents publics. Des créneaux leur seront aussi réservés dans les centres de vaccination existants. Le dispositif doit être détaillé dans un courrier que la ministre devait adresser aux préfets ce lundi 12 juillet.

L’objectif est de “lever les derniers freins existants pour accélérer la vaccination”, a expliqué la ministre en indiquant que 10 à 20 % des agents publics avaient l’intention de se faire vacciner, mais éprouvaient des difficultés pour y parvenir.

Un premier “frein” à la vaccination des agents publics avait déjà été levé par le gouvernement la semaine dernière, celui des autorisations spéciales d’absence (ASA). La direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP) vient en effet d’adresser une circulaire pour permettre aux employeurs publics d’accorder des ASA dans trois cas : lorsqu’un agent va se faire vacciner en dehors de son service de médecine de prévention de rattachement ; en cas d’effets secondaires importants après la vaccination et enfin, lorsqu’il accompagne ses enfants de plus de 12 ans se faire vacciner.  

Obligation pour les soignants

L’annonce de ces dispositifs intervient au moment où le politique a tranché : la vaccination sera rendue obligatoire pour "les personnels soignants et non-soignants des hôpitaux, des cliniques, des maisons de retraite, des établissements pour handicapés, pour tous les professionnels ou bénévoles qui travaillent au contact des personnes âgées ou fragiles, y compris à domicile", a annoncé ce 12 juillet, Emmanuel Macron.

Ces professionnels auront "jusqu'au 15 septembre" pour se faire vacciner. Des "contrôles seront opérés" et des "sanctions seront prises", a ajouté le chef de l'Etat. "A partir du 15 septembre, si vous êtes soignant et que vous n'êtes pas vacciné, vous ne pourrez plus travailler et vous ne serez plus payé", a de son côté prévenu le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur LCI lundi soir.

Les dernières actualités

Partager cet article

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×