LE CLUB DES ACTEURS DE LA PERFORMANCE PUBLIQUE

Partager

A l’heure où les innovations numériques jouent un rôle crucial dans les secteurs de la santé, de l’éducation, mais aussi de l’administration électronique, Microsoft apporte tout son savoir-faire aux différentes institutions publiques. En plaçant les besoins des citoyens et des agents du secteur public au cœur de sa démarche, Microsoft propose une expertise et des solutions aux collectivités territoriales, aux centres hospitaliers, au monde de la recherche et de l’éducation, aux services de l’État, ainsi qu’aux entreprises publiques et aux organismes parapublics.

3 min

Sondage : près de la moitié des fonctionnaires jugent la maturité numérique du secteur public en deçà du niveau requis

Alors que la crise sanitaire a bouleversé les habitudes et la manière de travailler, notamment dans l'utilisation des outils numériques, les fonctionnaires restent partagés sur la “maturité numérique” du secteur public. Selon ce sondage Ifop pour Acteurs publics et Microsoft, près d'un agent public sur 2 la juge en deçà du niveau requis par rapport aux priorités de son organisation.

Les fonctionnaires dressent un constat mitigé sur la “maturité numérique” du secteur public, ce terme désignant la transformation numérique de leur organisation dans l’objectif d’améliorer la qualité de son service. De fait, les fonctionnaires sont 44 % à juger la maturité numérique en-deçà du niveau requis par rapport aux priorités de leur organisation, dont 66 % au sein de la fonction publique hospitalière (FPH).


À noter que les personnes interrogées sont tout de même 43 % à la concevoir comme conforme. Toutefois, les travailleurs du secteur public sont majoritairement en accord sur le fait que les divers efforts de transformation engagés par la fonction publique illustrent une progression de la transformation numérique de leur service par rapport aux priorités de leur organisation (54 %). Une donnée contrastée entre les fonctionnaires de catégorie A (58 %) et les fonctionnaires de catégorie C (34 %). Ainsi, si le constat de la maturité numérique du service public est mitigé, l’évolution se fait tout de même dans le bon sens aux yeux des agents.


Preuve de l’importance de l’enjeu du numérique, 48 % des fonctionnaires ressentent le besoin de monter en compétences sur la numérisation de services métier. Il en est de même pour les services de mobilité, de communication et de collaboration (41 %) ou les environnements numériques, dont 39 % des agents estiment qu’ils devraient être améliorés.

Par ailleurs, ceux-ci affirment à 44 % que l’apprentissage terrain a été le principal levier mis en place afin de permettre une montée en compétences sur le numérique dans le secteur public. Et 36 % ont témoigné de la mise en place d’un catalogue de formation en libre-service et autant d’un transfert de connaissance par des pairs. Globalement, 66 % des personnels concernés par la mise en place de ces mesures se considèrent satisfaits de ces leviers, notamment au sein de la fonction publique territoriale (72 %). 

Attentes de formation
Malgré tous ces efforts, les fonctionnaires identifient plusieurs freins à la montée en compétences des collaborateurs de leur organisation en matière de numérique. Une large majorité du personnel interrogé (73 %) considère que le manque de temps ou de priorisation de cet enjeu complique la montée en compétences, notamment parmi les employés de la fonction publique hospitalière (81 %). En revanche, les fonctionnaires sont nettement moins nombreux à affirmer que le manque de support managérial (37 %) et le manque d’intérêt (30 %) sont des freins à la montée en compétences. 


Les fonctionnaires interrogés expliquent également qu’ils identifient certaines clés de réussite qui permettent à leur organisation de gagner en maturité sur le numérique. Ils sont 40 % à évoquer des projets concrets pour accompagner l’apprentissage, 39 % pour le tutorat ou le coaching par des tiers, 37 % le partage et les retours d’expérience avec d’autres communautés de pratiques. Enfin, les agents expriment diverses attentes de formation. En grande partie (42 %), ils espèrent une formation sur le plan des solutions collaboratives et bureautiques (réseaux sociaux, tableurs, présentations PowerPoint). Dans une moindre mesure, 28 % des fonctionnaires évoquent également la stratégie numérique ou la gestion des infrastructures (cloud, exploitation, poste de travail, administration, architecture).

Dès lors, il convient de noter que la transformation numérique du secteur public est un enjeu majeur pour les fonctionnaires des diverses organisations. Ceux-ci aspirent et réclament une amélioration de la montée en compétences, tout en soulignant les progrès découlant des projets déjà entrepris d’optimisation de la “maturité numérique” de la fonction publique.

Jean-Philippe Dubrulle - Ifop

L’enquête Ifop pour Acteurs publics et Microsoft a été menée par un questionnaire auto-administré en ligne du 6 au 31 janvier 2022 auprès d’un échantillon de 1 486 personnes.

Vidéos associées

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×