LE CLUB DES ACTEURS DE LA PERFORMANCE PUBLIQUE

Partager

L'ADEME participe à la mise en oeuvre des politiques publiques dans les domaines de l'environnement, de l'énergie et du développement durable. Afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale, l'Agence met à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, ses capacités d'expertise et de conseil. Elle aide en outre au financement de projets, de la recherche à la mise en œuvre et ce, dans ses domaines d'intervention.

2 min

3 questions à…

… Jean-Louis Bergey, chef de projet Transition(s) 2050 à l’Ademe, qui revient sur les 4 scénarios de l’Agence pour relever le grand défi écologique et atteindre la neutralité carbone à horizon 2050.

Quels sont les enjeux de ce grand défi écologique ?

Jean-Louis Bergey : Le grand défi écologique, c’est de vivre dans une société qui va devoir consommer moins de ressources naturelles : c’est-àdire moins d’énergie, d’eau, de biomasse, de métaux, de matériaux et de sols, car une partie de ces ressources ne sont pas renouvelables, en tous cas, pas à l’échelle humaine. Notre grand défi va donc consister à continuer d’évoluer et progresser, tout en consommant moins de ressources naturelles. Selon les projections de l’ONU, entre 2010 et 2050, à la vitesse actuelle, on doublerait la consommation de ressources naturelles, passant de 90 milliards de tonnes par an à 180 milliards. La société doit donc se préparer à ce défi, sans compter le changement climatique qui menace de plus en plus.

Face à ce grand défi, vous avez dessiné 4 scénarios possibles pour atteindre la neutralité carbone. Pourriez-vous nous en dire plus ?

J.-L. B. : Nous nous sommes basés sur les scénarios du GIEC au niveau mondial pour les adapter à la France. Nous avons voulu montrer qu’il y a plusieurs chemins pour atteindre la neutralité carbone en 2050 : celui de la génération frugale, des coopérations territoriales, des technologies vertes, ou encore du pari réparateur. Ces chemins sont assez contrastés et présentent tous des avantages et des difficultés. Ces 4 scénarios dessinent 4 sociétés différentes dans lesquelles nous pourrions vivre. Par ailleurs, nous avons présenté ces récits à un groupe de 31 personnes et le retour est très contrasté : aucun n’apparaît totalement plébiscité, ou au contraire totalement repoussoir. Aucun ne conteste les enjeux et tous s’accordent sur la nécessaire évolution de nos pratiques, impliquant des transformations collectives.

Quel rôle les acteurs publics doivent-ils jouer dans cette transition ?

J.-L. B. : L’État et les collectivités ont un vrai rôle d’accompagnement à jouer dans cette transition écologique. De façon très pragmatique, les collectivités peuvent mettre en place des actions qui vont aider les citoyens à évoluer. Par exemple, en créant des pistes cyclables, elles permettent aux citoyens d’expérimenter le vélo avant de l’adopter définitivement. Cela aide à concrétiser d’autres imaginaires que les nôtres, en l’occurrence l’usage excessif de la voiture. Tout l’enjeu des 29 et 30 mars est de montrer que la neutralité carbone à l’horizon 2050 est possible, mais qu’il faut agir sans plus tarder. L’idée étant de maîtriser au plus tôt la transition, afin de la maîtriser le plus possible car plus on tardera à agir, plus on la subira.

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×