Partager

3 min
3 min

Sondage exclusif : Macron, Le Pen, Zemmour, trio de tête chez les fonctionnaires

Nous publions la première vague de notre baromètre Ifop-Acteurs publics sur les intentions de vote des fonctionnaires à l’élection présidentielle. Dans la fonction publique aussi, Emmanuel Macron se hisse en tête (24 %) mais Marine Le Pen et Éric Zemmour totalisent à eux deux 30 % des intentions de vote. Les disparités sont fortes entre les trois catégories d’agents.

Comment s’apprêtent à voter les fonctionnaires ? À six semaines du 1er tour de l’élection présidentielle, Acteurs publics publie en exclusivité un sondage réalisé par l’Ifop sur les intentions de vote des agents publics. Effectuée juste avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, cette enquête montre que le vote fonctionnaire se démarque assez peu des intentions de l’ensemble des Français.

Si l’élection avait eu lieu la semaine dernière*, Emmanuel Macron serait arrivé en tête chez les fonctionnaires, recueillant 24,5 % des intentions de vote devant Marine Le Pen 17,5 %, Éric Zemmour 12,5 %, juste devant Jean-Luc Mélenchon 11,5 %. En 2017, à la même époque, notre enquête du même type réalisée par l’Ifop plaçait Marine Le Pen en tête à 26 % mais elle était la seule à représenter l’extrême droite. Aujourd’hui, si l’on additionne les intentions de vote Le Pen et Zemmour, les 30 % sont atteints. À l’époque, Emmanuel Macron était à 20 % chez les fonctionnaires, talonné par Benoît Hamon à 19 %. La gauche, représentée par le candidat du PS, celui des écologistes Yannick Jadot (avant son retrait) 3 %, et Jean-Luc Mélenchon 12 %, recueillait alors 34 % des intentions de vote chez les agents publics.

Cinq ans plus tard, le meilleur candidat de la gauche pour les fonctionnaires reste Jean-Luc Mélenchon (11,5 %), devant Yannick Jadot (6,5 %), Christiane Taubira (5 %), Anne Hidalgo (4,5 %), Fabien Roussel (3 %) et la gauche totaliserait donc 30,5 % des suffrages, pas si éloignée en cumulé de 2017. 

Les fonctionnaires sont, comme en 2017, peu séduits par la candidate de la droite. Valérie Pécresse recueille 10,5 % des intentions de vote, au même niveau que François Fillon à la même époque il y a cinq ans, 10 %. Notons que ce dernier avait en 2017 un discours beaucoup plus anti-fonctionnaires que Valérie Pécresse, en promettant de supprimer 500 000 postes durant son quinquennat.

En analysant les intentions de vote des trois catégories de la fonction publique, on observe de nettes disparités. Les catégories C placent en tête Marine Le Pen (23 %) devant Emmanuel Macron (20 %), Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour à égalité (14 %). Les répondants de catégorie A placent le Président sortant en tête avec 27 % des intentions de vote, loin devant Valérie Pécresse (13 %) et Marine Le Pen (12 %). Éric Zemmour recueille 7 % des intentions de vote des catégories A contre 16 % chez les catégories B.

Les intentions de vote sont peu marquées selon l’appartenance des répondants à la fonction publique d’État, la territoriale et l’hospitalière. Les différences les plus notables concernent Emmanuel Macron qui arrive en tête avec 28 % dans l’hospitalière, 25 % dans la territoriale et 23 % dans l’État. Marine Le Pen atteindrait les 20 % dans l’hospitalière et 17 % dans la fonction publique d’État et dans la territoriale.

Longtemps considérée comme un bastion traditionnel de la gauche, la fonction publique tourne le dos, d’élection en élection, à cette analyse. Cette première vague Ifop pour Acteurs publics sur les intentions des agents publics confirme la tendance observée en 2017, à savoir un glissement de l’électorat socialiste vers Emmanuel Macron et un glissement de l’électorat de droite vers Marine Le Pen et dans une moindre mesure Éric Zemmour.

*L’enquête a été menée par questionnaire auto-administré en ligne du 18 janvier au 24 février 2022, auprès d’un échantillon de 1 920 fonctionnaires inscrits sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 17 043 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. 

Les dernières actualités

Partager cet article

Club des acteurs publics

Votre navigateur est désuet!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×